PERSONNAGES ILLUSTRES ET MONTREUIL-BONNIN.

Jusqu'en 1423, le château, les terres, les forêts et la châtellenie de Montreuil-Bonnin font partie du comté de Poitou. Les suzerains directs du fief sont d'abord les dynasties des " Guilhems " et des Plantagenêts. Puis, le comté passe aux mains des rois de France qui en confient l'administration à des officiers de la Couronne -sénéchal, bailli, prévôt, etc.-, ou le cèdent en apanage à l'un de leurs fils ou frères. Enfin, quatre rois aliènent Montreuil-Bonnin en faveur de féodaux de leur choix. Après l'aliénation de 1423, les familles nobles bénéficiaires rendent l'hommage lige directement au roi. Converties au protestantisme, elles vont placer le château au coeur des conflits civils et religieux des 16ème-17ème siècles.

Avant-poste dressé à quinze kilomètres de Poitiers, le 'castrum' assure depuis le début du 11ème siècle la protection ouest de la capitale du comté : rôle essentiel, en particulier aux 13ème et 14ème siècles où les Anglais sont souvent maîtres de La Rochelle, Niort et Saint-Jean-d'Angély, soit en vertu de traités, soit à l'issue de raids foudroyants.

De surcroît, entre la fin du 12ème et le milieu du 14ème siècles, ce n'est pas seulement pour y abriter une garnison que Montreuil est si solidement défendu, ou si brutalement convoité. Il s'agit aussi de protéger ou d'investir l'atelier monétaire qui, pendant près de deux cents ans, assure en partie le monnayage féodal ou royal des Plantagenêts, des Lusignan sans doute, et bien sûr des Capétiens et des Valois.

Dans un si riche contexte historique, on ne saurait s'étonner que la présence à Montreuil-Bonnin de nombreux personnnages illustres soit attestée dans des documents publics ou privés : chartes, lettres patentes, états comptables, chroniques, échanges épistolaires, etc.

Ces divers documents nous renseignent sur les séjours effectifs des propriétaires et sur le personnel affecté par ceux-ci à la garde du château et des forêts. Il s'agit très souvent de comptes de recettes et dépenses présentés devant le Parlement royal ou comtal par le sénéchal de Poitou, aux termes de la Chandeleur, de la Pentecôte, de l'Assomption et de la Toussaint; ou encore de rapports rédigés à l'issue d'enquêtes ponctuelles ordonnées par le suzerain.

Ainsi, nous trouvons dans la galerie des figures historiques dont la venue à Montreuil est avérée :

Guillaume V le Grand

Richard Coeur de Lion

Aliénor d'Aquitaine

Othon de Brunswick

les Montmorency seigneurs de Marly

Hughes X de Lusignan et Isabelle d'Angoulême

Louis IX et son frére Alphonse de Poitiers

Philippe IV le Bel

Bertrand Du Guesclin

  Jean duc de Berry

Laurent Vernon, écuyer du royaume d'Ecosse et ses descendants -proches des milieux de la Cour sous Louis Xll et François Ier-; Louis Xl ; les chefs protestants Coligny, Téligny, La Noue; Henri de Navarre -futur Henri IV-, sa femme Marguerite de Valois et sa belle-mère Catherine de Médicis; et l'écrivain Agrippa d'Aubigné, grand-père de Madame de Maintenon. et au début du 20 éme siècle, T.E. Lawrence, futur Lawrence d'Arabie.

En outre, la venue d'autres grands personnages de notre histoire est probable, ou vraisemblable, en général parce qu'ils ont guerroyé alentour, ou fortifié les défenses du château, ou gouverné le Poitou. Il s'agit d'Henri II Plantagenêt, Philippe Auguste, Louis VIII, le Dauphin Jean -futur Jean II le Bon-, le Dauphin Charles futur Charles VII, et Sully.

Toutefois, jusqu'au début du 15ème siècle, la place forte n'est pas la résidence habituelle des princes territoriaux dont elle dépend. Ceux-ci la font tenir par des capitaines-châtelains , et n'y font eux-mêmes que de brefs séjours aux motivations diverses.